Quel rôle pour Pablo Sarabia au PSG ?

Le PSG a officialisé le transfert de Pablo Sarabia début juillet, l’un des meilleurs joueurs de la Liga en 2018-2019. Évoluant brillamment dans tous les rôles de l’animation offensive sous les ordres de Pablo Machín puis Joaquín Caparrós, il affiche un profil polyvalent qui symbolise parfaitement la recherche d’optimisation tactique de Thomas Tuchel.

Lire la suite Quel rôle pour Pablo Sarabia au PSG ?
Publicités

Clément Lenglet, la patience gagnante

Révélé en 2014 par Pablo Correa et capitaine de la dernière équipe de Nancy joueuse (2016), Clément Lenglet à ensuite dévoilé son sens de la rythmique sur la scène européenne en compagnie d’une rouge sévillane avec qui il a rapidement flirté. Et, si l’espoir est arrivé au Barça pour être un soldat remplaçant de Valverde, les premiers mois lui ont suffi pour confirmer avec le sourire à l’appel lancé par la reine d’Espagne. Près de 4 ans après ses débuts en Ligue 2.

Lire la suite Clément Lenglet, la patience gagnante

La légende discrète de Luisão

En 2017, le défenseur Luisão disait : « Je pensais que le Benfica allait être un tremplin pour les grands en Europe. Je pensais que j’allais rester un ou deux ans et puis partir ». Mais, le Benfica a supplié son professionnalisme, son assurance dans les airs, ses bons pieds, et lui a sculpté un rôle à sa mesure. Géant. Et après 15 années, l’œuvre est finie. Adeus, Capitão.

Lire la suite La légende discrète de Luisão

L’ordre silencieux de William Carvalho

Depuis le début du Mondial, William Carvalho dévoile des notes mélodieuses, submergées au milieu d’un concert de football-spectacle. Après trois apparitions sur la scène, elles ont profondément touché le cœur de ceux qui ont bien voulu l’écouter. De par son pied droit plutôt que par ses mots, Sir William est devenu l’homme fort du milieu de terrain portugais.

Lire la suite L’ordre silencieux de William Carvalho

De l’œuvre de Guti

Cheveux longs comme l’élégant Fernando Redondo. Cheveux blonds et bandeau blanc comme l’adolescent Sergio Ramos. Si à ses débuts comme tout au long de sa carrière, le physique de Guti rappelle celui de ses coéquipiers sous la tunique blanche, tout le reste lui est singulier. La dégaine, l’allure, le jeu et le style. Et une dynamique de carrière qui le caractérise : imprévisible mais sublime. Fidèle vice-capitaine du Capitán Raúl, sculpteur du 5000ème but de l’histoire en Liga et 500ème en Ligue des Champions de son club de cœur, El 14 à incontestablement marqué le football du XXIème siècle en ne disputant aucune compétition internationale avec la Roja et aucune de ses trois finales de Ligue des Champions. C’est à Madrid puis à Istanbul qu’il balisa sa carrière et impacta la vie des admirateurs et de ceux qui l’entourent, gravant avec grâce leurs esprits pour l’éternité. Tacón de Dios. Talon de Dieu. Heel of God. Et depuis vingt-trois longues années, de 1995 à 2018, ce génie de Guti reste considéré comme un patrimoine du football espagnol. L’œuvre d’un artiste qui n’obéit à aucune règle. Un homme qui a imprégner les pensées et touché les cœurs de tout un public. Leyenda.

Lire la suite De l’œuvre de Guti

Manu Trigueros, l’artiste inconnu

Depuis 2013, Manu Trigueros parfume la Liga de tout son talent. Aussi frais et délicat soit-il. Et si Villarreal s’est réaffirmé comme une puissance du championnat espagnol par ses notes de fond et sa douceur, Trigueros, pourtant mystérieux, s’impose comme une note envoûtante d’une racine esthétique immortelle. Le maillot jaune du submarino attire notre regard, quand les pieds et les yeux de Manu nous font sourire. Et n’ont pas fini de fasciner.

Lire la suite Manu Trigueros, l’artiste inconnu

Bernardo Silva, par amour du geste

Il s’appelle Bernardo Silva. Mais lui n’est pas muet. Mesuré hors des terrains, Silva communique plus aisément avec son pied gauche qu’avec ses mots. A tel point qu’il est le passeur décisif providentiel de l’actuelle meilleure attaque d’Europe. Et si l’attention est concentrée sur les performances de ces coéquipiers serial-buteurs, lui aussi a des choses à dire au football du plus neuf des continents.

Lire la suite Bernardo Silva, par amour du geste

Ederson, gardien du temple

Benfica-Dortmund. La fin de la rencontre approche et Ederson pousse une énième fois le ballon venu d’un corner hors de sa surface après avoir multiplié les parades de haut niveau et stoppé un penalty. Les hommes de Thomas Tuchel prennent définitivement conscience de leur impuissance et de la rencontre exceptionnelle que le gardien brésilien réalise. À la fin de celle-ci, il a le sourire, tout comme le smiley  tatoué dans son cou. Le lendemain de la victoire du SLB face au Borussia Dortmund : « Super homme », voilà comment le quotidien A Bola décrit Ederson. Une rencontre durant laquelle le gardien brésilien méconnu a fait vivre l’enfer aux joueurs allemands, signant une performance remarquable. De quoi renforcer l’amour des Benfiquistas envers leur portier, qui fait le bonheur des Águias depuis presque un an.

Lire la suite Ederson, gardien du temple